🍃 Besoin de faire le point sur votre vie ?🍃 TĂ©lĂ©chargez gratuitement le guide 10 Questions Ă  se poser pour une vie Ă©quilibrĂ©e & alignĂ©e

Partie II

Avoir le courage de reprendre sa vie en main

Si tu n’as pas lu la premiĂšre partie de mon histoire, je t’invite Ă  le faire pour mieux comprendre le contexte de cette deuxiĂšme partie :

Le jour oĂč j’ai pris conscience que je n’étais pas le problĂšme !

"Comment faire pout changer de route quand on ne connaĂźt que cette voie ..."

Dans le prĂ©cĂ©dent article, je te racontais comment j’avais pris conscience que je ne pouvais plus continuer sur la route que j’avais empruntĂ©e sinon la case suivante aurait Ă©tĂ© le burn-out !

En effet, grĂące Ă  mes collĂšgues et mon super ami Google, j’avais pris conscience qu’il y avait un problĂšme dans ma situation. Je ne pouvais plus faire l’autruche et me concentrer Ă  bosser, bosser, bosser en espĂ©rant que mes problĂšmes disparaissent par magie !

Je ne savais pas quand, mais je savais que je n’allais pas rester dans l’entreprise et que je partirais.

J’Ă©tais super motivĂ©e Ă  cette idĂ©e que j’allais quitter cette entreprise oĂč je ne me sentais pas bien et trouver une super mega gĂ©niale nouvelle opportunitĂ© oĂč je pourrais ĂȘtre bien ! 

Je savais que j’allais partir mais je ne savais pas pour faire quoi.

"... et puis nos croyances limitantes pointent leurs nez..."

Que faire de ma vie ?

Retenter une nouvelle entreprise ? Pas sĂ»re que l’herbe soit plus verte ailleurs, d’autant plus que le problĂšme venait de l’organisation mĂȘme de nos entreprises actuelles. Je n’y avais plus ma place. Et puis, j’avoue que j’en avais un peu ma claque des entreprises.

Je voulais monter ma boĂźte.

Il s’avĂšre que lors de mes diffĂ©rentes missions, j’ai eu la chance de cĂŽtoyer diffĂ©rents coachs.

J’ai beaucoup discutĂ© avec eux et c’est comme ça que j’ai dĂ©couvert le mĂ©tier de coach. Et ça m’a plu.

En parallùle, je continuais mon boulot qui, par contre, ne me convenait plus. Ça ne me plaisait plus mais je continuais à y aller. Mes parents se demandaient pourquoi je me plaignais. Bah oui, j’avais un bon poste, un bon salaire et dans une grande entreprise en plus !

Et puis rĂ©guliĂšrement, cette idĂ©e de coaching revenait en tĂȘte… et mes croyances aussi.

Ces petites croyances limitantes qui m’empĂȘchaient de passer Ă  l’action.

« Tu es trop jeune, qui va te faire confiance ».

« Ce n’est pas pour toi, t’as fait des Ă©tudes scientifiques Ă  la base ».

« C’est trop tard pour tout recommencer 

Je savais que je devais partir.

Je voulais créer ma boßte.

Mais j’avais peur de me lancer. «Et si je me trompais ?» «Et si ça ne marchais pas ?n»

J’ai donc fait ce que je savais faire
J’ai continuĂ© sur la voie que je connaissais dĂ©jĂ .

Je continuais d’accepter des missions et Ă  travailler.

Boulot. Boulot. Boulot.

En gros je faisais de nouveau l’autruche.

"... et puis la réalité nous rattrape..."

Je continuais mon train train quotidien tout en sachant que ça n’allait pas.

Je faisais tout simplement l’autruche, en pensant que mes problĂšmes de sens se rĂ©soudraient par miracle ! (on peut toujours rĂȘver …)

Et puis il y a deux ans, j’ai eu une seconde GROSSE claque. J’étais dans un environnement qui a fait remontĂ© en surface tout ce que j’avais vĂ©cu jusqu’à prĂ©sent mais en puissance 1000 !

J’ai Ă©tĂ© le tĂ©moin de personnes qui ont fait malheureusement l’expĂ©rience de burn-out et de dĂ©pressions. Je voulais agir, aider mais je ne savais pas quoi faire. 

J’essayais de donner des conseils Ă  mes collĂšgues, de prendre du recul, de trouver une autre activitĂ© en dehors du boulot 
 mais la rĂ©alitĂ© c’est … que c’était sans effet.

Un soir oĂč je rentrais chez Ă  moi Ă  rĂ©flĂ©chir Ă  ma journĂ©e de travail, je me suis dit :

« ArrĂȘte de te raconter des histoires ! Houefa, tu ne peux pas rester et ne rien faire dans ce systĂšme ! ».

« Si tu restes c’est comme si tu cautionnais ce systĂšme ! ».

« Si tu restes tu vas finir en dépression ». 

« Si tu restes, tu vas mourir Ă  petit feu de l’intĂ©rieur ».

Je ne sais pas si tu as dĂ©jĂ  connu ces sensations : ne pas pouvoir rester sur place, avoir l’impression que ton coeur se compresse, avoir du mal Ă  rĂ©flĂ©chir, avoir envie de pleurer mais ne pas pouvoir, avoir envie de rester au fond de ton lit et qu’on te laisse tranquille. Avoir envie de ne rien faire.

Ce fameux soir, j’ai pris une feuille et un stylo et j’ai Ă©crit tout ce qui me passait en tĂȘte. Je n’en pouvais plus, je ne savais pas quoi faire et je voulais que ma tĂȘte se vide de toutes ces sensations. et donc j’ai Ă©crit.

A la fin de cette sĂ©ance d’Ă©criture, j’ai rĂ©ussi Ă  me calmer et Ă  repenser tranquillement Ă  ma vie.

"...et nous rappelle que nous devons avoir le courage de nous battre pour ce en quoi nous croyons"

C’est Ă  ce moment-lĂ  que j’ai pris la dĂ©cision de VRAIMENT faire quelque chose et d’agir. Comme le monde du dĂ©veloppement personnel m’intĂ©ressait vraiment et que j’avais bien accrochĂ© avec les coachs que j’avais rencontrĂ© dans mes prĂ©cĂ©dentes expĂ©riences, je me suis dit pourquoi pas.

J’ai donc regardĂ© les formations de coaching en me disant qu’il fallait me lancer. Je me suis dit, « Houefa, tu fais la formation et ensuite tu regardes ce que tu pourras en faire. Un pas Ă  la fois ».

J’ai assistĂ© Ă  plusieurs soirĂ©es dĂ©couvertes des Ă©coles de coaching et j’ai finalement trouvĂ© chaussure Ă  mon pied.

AprĂšs plusieurs jours de rĂ©flexion sur comment j’allais pouvoir financer cette formation, rĂ©flĂ©chir Ă  des plans A, B, C et D, je me suis inscrite Ă  cette formation.

« Houefa, qu’est-ce que tu es en train de faire ? » 

« ça n’a rien Ă  voir avec tes Ă©tudes de base, ton mĂ©tier actuel » 

« est-ce que tu te vois reprendre des études ? »

Bref la petite voie dans ma tĂȘte n’arrĂȘtait pas de me dire que ce n’était pas pour moi. MAIS j’ai dĂ©cidĂ© pour une fois de ne pas Ă©couter cette petite voix dans ma tĂȘte et d’écouter mon coeur. Ce que je ressentais aujourd’hui en pensant Ă  mon job actuel, ma situation actuelle. Ce que je ressentais en pensant aux possibilitĂ©s de demain avec cette formation.

Mon coeur a donc eu le dessus et je me suis lancée dans cette nouvelle aventure ! 

J’ai dĂ©cidĂ© de suivre ce qui m’animait au plus profond de moi. 

J’ai dĂ©cidĂ© de suivre mon coeur. 

J’ai dĂ©cidĂ© de suivre mes valeurs. 

J’ai dĂ©cidĂ© de vivre en accord avec moi-mĂȘme. 

De créer ma mission.

Dis-moi … et toi ? Es-tu dans une phase de questionnement de ce que tu veux vraiment vivre pour toi ?

N’hĂ©site pas Ă  me rĂ©pondre en commentaires

Si tu veux dĂ©couvrir comment j’ai dĂ©cidĂ© de crĂ©er ma mission, tu peux lire la suite de l’histoire :

Décider de suivre le chemin de la transformation de vie, pour vivre alignée avec ses valeurs

 

 

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x